Réversibilité

Conception : Barbara Eliask

Seule sur scène, Barbara Eliask utilise un décor composé de miroirs, qui démultiplie son corps et trouble la perception des spectateurs. Elle explore différents états de corps, joue sur ses possibilités anatomiques, et parcourt la scène d’un bout à l’autre afin de questionner la perception entre le réel et le non-réel, entre l’animé et l’inanimé.

Création 2013

Durée : 45 minutes

Conception, Chorégraphie et interprétation : Barbara Eliask

Création musique originale : Pierre-Emmanuel Boullet
Création lumières et régie : Elodie Gérad

Construction décor : Edouard Alanio/ Albert Morelle /Joris Valet

Production : TREMA

En 2005, Barbara Eliask visite l’exposition Big Bang au Centre Georges Pompidou, à Paris. A cette occasion elle rencontre l’œuvre majeure de l’artiste surréaliste Hans Bellmer, La Poupée.

Saisie par le regard « chargé de vie et d’humanité » de cette poupée, Barbara Eliask décide de s’en inspirer pour sa future création.

En 2009, dans le cadre du projet de résidence « Les Chemins du Solo » mis en œuvre par la Cie Marie Devillers (soutenu par le Conseil Régional de Picardie et le département de l’Oise), elle créé un premier solo intitulé La Poupée.

Le travail a été présenté au studio de cette compagnie, à Abbeville Saint-Lucien ; au théâtre du Beauvaisis, à Beauvais, en Picardie ; puis au théâtre de la danse de Sao Paulo au Brésil.

« Avec le temps, ma vision du travail de Hans Bellmer s’est affiné. Inspirée par la lecture de son livre « La petite anatomie de l’image » où il se livre à un exercice de description du corps humain à partir de : « perceptions intérieures », « tensions musculaires », « orientation dans l’espace », « sensations tactiles », j’ai décidé de reprendre La Poupée pour le recréer en pensant davantage au sens kinesthésique afin que les images que je donnais à voir avec mon corps soient davantage en accord avec la pensée de l’artiste. 

C’est donc à partir de cela que l’ancien solo a été repris et recréé, même si l’image de La Poupée et ses dessins graphiques surréalistes, remplis d’une perception du corps féminin très érotisée, est toujours présente et évocatrice. » Barbara Eliask

En juin 2012, une première étape de travail de Réversibilité a été présentée au Palace à Montataire, et en novembre 2013, ce deuxième solo a vu le jour au Safran Scène Conventionnée à Amiens.

Avec le Soutien de : Direction régionale des affaires culturelles  de Picardie au titre d’aide à la création chorégraphique 2013, Le Safran Scène Conventionnée/Amiens, L’échangeur – CDC Picardie (dans le cadre de Studio Libre). 

Vidéos et photos sur galerie.

Dates à venir : Consulter Agenda